Les Moyens de Transport
 Lecture      Audio     Vidéo      Situation     DevoirsTrans._Audio.htmlTrans._Video_1.htmlTrans._Situation.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3


Lecture


Lecture un: à la gare, au guichet.

M. Legrand :Je voudrais un billet aller-retour, deuxième classe, pour Lyon, s’il vous plaît.

L’employé : Oui, monsieur. Un billet aller-retour, deuxième classe, pour

Lyon. Voilà, monsieur. Vous voulez réserver une place ?

M. Legrand : Non, merci.

L’employé : Quatorze euros, s’il vous plaît.

M. Legrand : Merci. A quelle heure part le prochain train ?

L’employé : Dans deux heures, monsieur. A une heure moins vingt. Au quai numéro sept.

M. Legrand : Est-ce qu’il faut changer de train ?

L’employé : Non, monsieur, c’est direct. Vous arriverez à Lyon à trois heures et quart.

M. Legrand : Oh, mon Dieu ! Il faut attendre deux heures. Où est la consigne,

s’il vous plaît ? J’ai deux valises lourdes.

L’employé : Sur le quai numéro un, monsieur.

M. Legrand : Merci. Et la salle d’attente ?

L’employé : C’est aussi sur le quai numéro un. Il y a un kiosque à journaux à

côté, et aussi un restaurant.

M. Legrand : Merci.


Lecture deux: dans le métro.

Monsieur Leblanc est en vacances à Paris avec sa femme et sa fille. Il regarde

son plan du métro.

M. Leblanc : Eh bien, nous sommes ici. Voilà Notre-Dame et nous voulons

aller à la Tour Eiffel. Il faut aller à ‘Châtelet’ pour prendre le métro, direction

Neuilly ; notre station de correspondance est ‘Etoile’. Pui c’est direction Nation

et notre station est ‘Trocadéro’. Nous serons près du Palais de Chaillot et il faut

traverser le Pont d’Iéna à pied pour arriver à la Tour Eiffel. Ça va ?

Mme Leblanc :Oui, ça va, Henri.

M. Leblanc : Je voudrais acheter un carnet de billets au guichet. Il ne faut pas

oublier.


Lecture trois: à la douane.

Monsieur et Madame Johnson reviennent en Angleterre après les grandes vacances passées en France. M. Johnson vient de montrer leur passeport au Contrôle et il parle maintenant au douanier.

Le douanier : Bonjour, monsieur, madame. Ce sont vos valises ?

M. Johnson : Oui, cette grande valise est à moi et la petite valise est à ma femme.

Le douanier : Avez-vous quelque chose à déclarer, s’il vous plaît ? Voici la liste.

M. Johnson : Non, nous n’avons rien à déclarer. J’ai seulement une bouteille de

whisky et trois cents cigarettes et ma femme a acheté du parfum, soixante-quinze

grammes ; c’est un cadeau pour sa sœur. C’est tout ce que nous avons acheté.

Le douanier : Très bien, monsieur, ça va ; il n’y a pas de problème. Vous avez

passé de bonnes vacances, madame ?

Mme Johnson : Oui, nous nous sommes très bien amusés, merci.

Le douanier : Alors, au revoir, monsieur, madame.


Lecture quatre: à la douane (2).

Jeanne et son frère Marc viennent de passer trois semaines chez leurs correspondants anglais. Ils ont traversé la Manche de Douvres à Calais et ils sont maintenant à la douane. Ils ont déjà montré leurs papiers au Contrôle.

Le douanier : Bonjour monsieur, mademoiselle, vous avez passé de bonnes vacances ?

Marc : Oui, nous nous sommes très bien amusés. Ma sœur et moi, nous avons passé trois semaines chez nos correspondants à York ; nous sommes aussi allés à Edimbourg qui est une très belle ville.

Le douanier : Oui, c’est vrai. Je la connais bien. C’est votre valise, monsieur ?

Marc : Oui, la valise noire est à moi et la valise bleue est à ma sœur.

Le douanier : Avez-vous quelque chose à déclarer ?

Marc : Je pense que non. J’ai seulement quelques petits cadeaux : une pipe pour mon père et une aquarelle du grand château d’Edimbourg pour ma mère. Oh…j’ai oublié. J’ai aussi acheté une immense boîte de chocolats pour ma petite-amie !

Jeanne : Moi, j’ai acheté une cravate écossaise pour papa et une trousse de toilette pour maman.

Le douanier : Vous avez dépensé beaucoup d’argent, n’est-ce pas ? Bon ! Il n’y a pas de problème ! Le train de Paris est au quai numéro un…J’ai vu votre adresse sur les valises ! Bon voyage !

Jeanne : Merci bien, monsieur. Au revoir !


Lecture cinq: à la station-service.

M. Marceau arrive dans sa voiture. Il descend.

Le garagiste : Oui monsieur, qu’y a-t-il pour votre service ?

M. Marceau : Je voudrais quinze litres d’essence, s’il vous plaît. Du super sans plomb.

Le garagiste : Oui, monsieur…Est-ce que c’est tout ?

M. Marceau : Non, je voudrais une carte de la région, s’il vous plaît.

Le garagiste : Bien, monsieur, une minute. (Il va dans son petit bureau.) Voilà, monsieur, une carte de la région. Vous êtes en vacances ?

M. Marceau : Oui, avec ma femme ; elle est dans la boulangerie en face. Oh, j’ai oublié ! Voulez-vous vérifier l’huile et l’eau, s’il vous plaît.

Le garagiste : Oui, monsieur avec plaisir.


Lecture six: à la station service (2).

M. Lafitte arrive à pied. Il a l’air inquiet.

M. Lafitte : Monsieur, monsieur, est-ce que vous pouvez m’aider, s’il vous plaît ?

Le garagiste : Oui, monsieur, qu’est-ce qu’il y a ?

M. Lafitte : Je suis resté en panne au coin de la rue. Je ne sais pas quoi faire. Est-ce que vous pouvez venir avec moi pour regarder ma voiture.

Le garagiste : Non, je regrette, pas moi, monsieur. Mais mon mécanicien peut aller avec vous. Le voici qui arrive.

Le mécanicien : Monsieur ?

M. Lafitte : Je suis resté en panne au coin de la rue. Je ne sais que faire. Le moteur ne marche pas. Et j’ai un rendez-vous important au centre de Paris à sept heures. Et il est maintenant six heures et quart.

Le mécanicien : Calmez-vous, monsieur ! J’arrive tout de suite. Au coin de la rue ?

M. Lafitte : Oui, oui, ce n’est pas loin. Vite !


Lecture sept: à la station-service (3).

Une voiture de luxe magnifique arrive devant les pompes-essence d’une station-service. M. Leblanc descend. Il a l’air important.

M. Melin :(avec impatience) Eh là ! Il y a quelqu’un ?

Le garagiste : (arrive en courant) Oui, monsieur, que puis-je faire pour vous ?

M. Melin : Faites le plein, à peu près trente litres, du super sans plomb 98 s’il

vous plaît. Et voulez-vous vérifier les pneus, la batterie, l’eau et l’huile. Il faut

aussi nettoyer le pare-brise.

Le garagiste : Oui monsieur, tout de suite.

M. Melin : Est-ce qu’il y a un café-tabac près d’ici ?

Le garagiste : Oui, monsieur, au coin, à deux minutes.

M. Melin : Je serai de retour dans cinq minutes.

Le garagiste : D’accord, monsieur.

M. Melin va au café-tabac et il revient après cinq minutes.

M. Melin :Tout est prêt ?

Le garagiste : Oui, monsieur. J’ai fait le plein et j’ai vérifié les pneus, la batterie,

l’eau et l’huile. Et j’ai nettoyé le pare-brise.